Mon objectif est de permettre à chaque adolescent de prendre conscience de ses atouts et faiblesses, des ressources qu’il peut mobiliser pour atteindre ses objectifs.

Travailler ensemble, en équipe, pour mieux travailler

L’enseignement classique tel qu’on le connaît, c’est-à-dire la transmission d’un professeur à un élève, n’est pas forcément la manière la plus optimale de faire apprendre quelque chose à quelqu’un. Cet enseignement classique, on le retrouve à l’école mais aussi dans les universités et grandes écoles. Des classes de 30 ou 40 élèves ou des cours magistraux dépassant les 100 élèves.

Notre système éducatif ne sait pas, ou peu, maîtriser cela. Il réussit à former des élèves qui ont de bons résultats, mais au prix d’un stress, d’une souffrance, parfaitement excessifs. Comment apprendre dans de telles conditions, sans pouvoir s’exprimer sans crainte du ridicule, expérimenter et enrichir les propos du professeur? Aujourd’hui, de plus en plus d’élèves souhaitent gagner en autonomie et être acteur de leur apprentissage.

Un exemple très intéressant est le Personnal MBA, un concept inventé par Josh Kaufman. Le Personal MBA est une démarche qui s’oppose aux MBA classiques disponibles dans les grandes Business Schools à travers le monde. Le Personal MBA est en fait une version autodidacte du MBA classique. Josh Kaufman est persuadé qu’il est possible d’apprendre à travers les meilleurs livres les 20% des principales notions condensées dans un MBA normal, ces fameux 20% qui nous serviront dans 80% des situations.

Il est important alors pour le professeur de changer de posture et apprendre à accompagner ces élèves, une réelle possibilité lorsqu’il s’agit de cours particuliers.

Savoir écouter pour mieux enseigner

Lorsque j’accompagne mes élèves je ne transmets pas seulement des connaissances. je leur apprend à apprendre, à se servir de ces connaissances et à identifier à quel moment utiliser leurs acquis. Accompagner et aider les élèves c’est leur permettre de devenir autonome et les inciter à prendre conscience de leur apprentissage. Il s’agit d’apprendre une méthode de travail et un mode d’organisation adaptés à chacun.

En permettant à mes élèves d’être moins stressés, et davantage investis dans leur scolarité, ils ne sentent plus submergés. Mon objectif est également de redonner confiance en lui à l’élève, le motiver, l’encourager, éventuellement éliminer l’excès de confiance de l’enfant pour l’aider à construire un projet (et à se fixer des objectifs). Je vais travailler avec lui pour l’aider à se responsabiliser.

Il ne s’agit plus d’une relation professeur élève classique mais un véritable échange qui se crée entre moi et mes élève. Tous les enfants sont capables d’apprendre, s’ils ont une méthode d’apprentissage qui leur est adaptée.

Objectif, objectif… travail, travail

Il est important de se fixer des objectifs, à la fois réalistes et ambitieux, et à se donner les moyens d’atteindre ces objectifs. Cela passe par l’acquisition de certaines qualités, comme la persévérance, la combattivité, l’audace, la discipline, la constance, mais aussi la prudence et l’humilité. Nous n’avons pas le droit de renoncer, quelle que soit la difficulté ; et il y a un temps pour semer et autre pour récolter, et qu’entre les deux il faut savoir être patient.

Le plus important, c’est certainement l’envie. Le meilleur service que l’on peut rendre à un élève est de l’aider à réveiller son envie, ses envies. L’envie de faire, l’envie de bien faire, l’envie de faire de son mieux, l’envie de faire sans relâche. Se maintenir à un niveau d’envie constant, pour produire des résultats optimaux, c’est un véritable défi pour un(e) adolescent(e) ou un jeune adulte.

Pour le faire, rien ne remplace la méthode. Pour aller quelque part il faut un chemin. S’il existe déjà, il faut l’apprendre, y rouler en respectant les règles et en étant vigilant car le plus important est de rejoindre l’arrivée. Et s’il n’existe pas, il faut la tracer soi-même, sans jamais rien avoir pour acquis.

Je travaille pour mes élèves

On pourrait croire qu’accompagner et aider des adolescents ou des jeunes adultes, élèves ou étudiants, est plus simple que coacher des champions de foot. Il est vrai que les enjeux sont différents. Moins décisifs ? Pas sûr.

Pour un lycéen, décrocher le bac est aussi important que d’être au départ d’une course automobile et de viser la qualification en première ligne pour un pilote. La comparaison entre les deux challenges peut sembler ne pas avoir de sens.

Et pourtant… Le secret du succès est le même, il tient d’abord à l’état d’esprit avec lequel on aborde l’épreuve. Et cet état d’esprit doit être le même dans l’une comme dans l’autre, pour le bac comme pour le titre de champion du monde.

– FIN –

Laisser votre avis et commentaires sur : Facebook / Instagram

Helder Rubio

Papa, mari et entrepreneur je suis l’ainé d’une fratrie de 2 et fils de parents eux aussi entrepreneurs. Globetrotteur invétéré, polyglotte et économiste de formation, j’ai endossé pendant 6 ans les rôles de trader de matière premières et de directeur import-export PGC en Europe et en Afrique, suivi par 3 ans en tant que professeur indépendant de mathématiques et d’économie dans le Morbihan.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu